© philippe

© philippe

C’est une préoccupation courante chez les propriétaires : comment distinguer un aliment pour chien ou chat d’un autre, comment juger de sa qualité nutritionnelle et de la provenance des ingrédients ?

Selon un document de la FACCO établi en 2001, tout ce qui est écrit sur l’étiquette d’un aliment industriel est soumis à la réglementation, certaines mentions étant obligatoires et d’autres facultatives. Les aliments diététiques, « ayant un objectif nutritionnel particulier » et prescrits par les vétérinaires sont soumis à des contraintes supplémentaires.

Les mentions « aliment complet » (suffit à assurer une ration journalière) ou « aliment complémentaire » (nécessairement associé à d’autres aliments pour constituer une ration complète) ainsi que l’espèce à laquelle l’aliment est destiné doivent être impérativement mentionnées.

La liste des matières premières (poulet, riz, haricots verts par exemple) ou des catégories de matières premières (viandes et sous-produits animaux, féculents, légumes, céréales…) doit être notée, les ingrédients étant généralement cités dans l’ordre décroissant de leur importance en poids brut dans la composition de l’aliment.

A noter que plus la liste est détaillée, plus la formule de la recette est fixe : si au contraire le détail de la composition est succinct, les matières premières pourront être modifiées au gré des approvisionnements du fabricant. En somme, aucun paquet ne sera semblable à l’autre.

Voici comment il faut comprendre certains descriptifs des étiquettes (nous prenons l’exemple d’un aliment « goût boeuf ») :

  • « au goût de bœuf » : contient moins de 4% de bœuf
  • « au boeuf » ou « avec du boeuf » : quantité comprise entre 4% et 14%
  • « riche en boeuf » : quantité comprise entre 14 % et 26%
  • « marque boeuf » : quantité comprise entre 26% et 100%
  • « tout boeuf » : 100% viande de bœuf

Détail de la composition de l’aliment

L’analyse moyenne comprend obligatoirement la teneur en protéine brute, matières grasses, cellulose brute, humidité (facultative pour les croquettes) et cendres brutes (minéraux). Ces teneurs sont le plus souvent exprimées en grammes pour 100 grammes d’aliment ou pourcentage. Les autres constituants (sodium, calcium, phosphore…) sont indiqués de façon facultative.

Quid des additifs ?

Tout additif ajouté – colorant, conservateur, antioxydant – doit être agréé par l’Union européenne. Il est alors mentionné en ajoutant « additif CE ». Si des vitamines sont incorporées à la recette, seules les teneurs en vitamines A, D3 et E sont obligatoires. La teneur indiquée correspond alors à celle présente dans l’aliment avant sa date de péremption. De même, l’ajout de cuivre dans l’aliment s’accompagne de l’indication du nom spécifique de l’additif et de la teneur ajoutée.

Un mode d’emploi doit toujours accompagné la description du produit, concernant la situation physiologique de l’animal concerné (chiot ou chaton, adulte ou senior), la mise à disposition de l’eau et les conditions de conservation. Une quantité indicative journalière, en boîte ou grammes en fonction de l’âge ou du poids de l’animal peut être disponible. Chaque animal étant unique, seul un suivi régulier de son poids et de son état corporel permet de vérifier si la quantité d’aliment ingérée est correcte.