Un chien stressé vieillit plus vite !

poils blancs vieux chiens chien chat urgences vétérinaires pont de neuilly urgences vétérinaires neuilly-sur-seine

© atlantagreg

Le stress et l’anxiété pourraient être une cause de « tempes grisonnantes » apparaissant de façon précoce chez les chiens !

Dans une étude publiée dans la revue Applied Animal Behaviour Science en décembre 2016, les chercheurs ont examiné des chiens jeunes ayant déjà des museaux gris et se sont demandés si l’anxiété et l’impulsivité avaient pu influencer ce grisonnement. Afin de limiter l’étude à des chiens qui sont prématurément gris et ne pas inclure ceux qui le deviennent avec l’âge, les chercheurs n’ont étudié que des chiens âgés de 1 à 4 ans. Ils ont également limité la taille du groupe en n’utilisant pas de chiens où il serait difficile de déterminer le degré de grisonnement sur leurs museaux, tels que les chiens blancs (les Grands Pyrénées), les chiens de couleur crème (Golden Retrievers), les chiens gris (caniches) ou merles (bergers australiens).

Au final, les chercheurs ont pu obtenir un échantillon de 400 chiens. Ils les ont pris en photo et ont ensuite donné aux propriétaires un questionnaire en 42 points, en leur disant qu’ils faisaient une étude sur le mode de vie des chiens, afin d’éviter les préjugés. Les questionnaires ont également inclus des questions de distraction, pour empêcher les propriétaires de deviner le véritable but de l’étude.

Le questionnaire interrogeait les situations suivantes concernant l’anxiété : des comportements de destruction lorsque les chiens sont laissés seuls ; la perte de poils lors d’un examen vétérinaire ou la découverte d’un nouvel endroit ; les attitudes de peur et de tassement lors d’une rencontre avec un groupe de personnes inconnues. Les questions sur l’impulsivité comprenaient le fait de sauter sur les gens, une incapacité à se calmer, la perte de concentration, l’hyperactivité après l’exercice.

Deux évaluateurs qui n’étaient pas impliqués dans la collecte de données et qui n’avaient pas accès aux données du questionnaire ont évalué les photographies de chaque chien en utilisant une cote ordinal, de « pas de gris » à « gris complet ».

Les résultats ont montré une corrélation entre les chiens anxieux et impulsifs et ce grisonnement précoce. L’étude a également constaté que les réponses de peur des chiens face à trois stimuli (bruits forts, animaux et personnes inconnues) sont également liées à un grisonnement précoce.

Il reste encore beaucoup à faire pour déterminer l’ampleur de cette relation, comme déterminer le rôle de la génétique dans ce grisonnement prématuré, mais les chercheurs suggèrent à ce stade que les vétérinaires pourraient l’évaluer eux-mêmes et améliorer avec les propriétaires les conditions de stress des chiens.

(NewStat, 4 janvier)

Ce contenu a été publié dans Etudes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *